Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lettre post-mortem xxx

Publié le par Nin@



Franck avait 20ans et a choisi de commettre l'irréparable.... Sans rien dire.
Mais il a laissé un long message à ses proches, lettre que sa maman a tenu à lire lors de ses obsèques.

Les mots de Franck, puissants, poignants, et si vrais, se suffisent à eux-mêmes, extraits :

Chers petits frères,

Perdu dans ce brouillard sombre, je ne voyais pas plus loin que le bout de mon nez, je ne voyais plus la lumière. J'ai entendu les pas de ma mère mais ça ne m'a pas retenu (.....) Mais je voudrais que mon geste ne soit pas vain. Parmi vous y-a-t'il un jeune qui a pensé, qui pense ou qui pensera faire ce que j'ai fait. Qu'il médite ce que je vous transmets. (.....)

Chacun de nous a une valeur inestimable. Quel qu'il soit, de quelque religion, culture ou niveau social et quoi qu'il ait pu faire. Vous avez tous l'amour, la générosité et le sens du partage (.....) Je souhaite que vous preniez pleinement conscience de votre propre valeur, de la chance que vous avez de vivre.

Mon voeu le plus cher était que vous sortiez de toute dépendance, que ce soit alcool ou drogue qui ne font que vous maintenir dans un monde illusoire. (....) Un petit cacheton histoire que la fête soit plus belle, l'adrénaline qui monte, l'envie de bouger, courir, c'est le trip génial, et après ? (....) Combien se sont retrouvés face à leur angoisse, leur terreur, leur folie ? Combien sont restés perchés, perdus dans ce monde cauchemardesque ? Pour eux, plus de vie, juste un délire permanent. Plus d'avenir, juste un regard gêné quand on les croise dans le village. Ni travail, ni femme ni enfant... coincés à jamais dans un monde parallèle. (....)

Parents, vous pensez que cela ne concerne peut-être pas votre petit... Ouvrez les yeux, ouvrez votre coeur, soyez vigilants... les rave-parties, soirées en boîte, entre copains, c'est de ça qu'elles sont faites... Pour les petits qui portent la casquette comme pour ceux de "bonne famille" comme on dit... (....)
Les plus malins dealent, jouent aux caïds, aux gendarmes et aux voleurs. Petits vols de voitures, petites guéguerres entre clans... (.....) Mais dans les couloirs de la gendarmerie, même si vous pouvez encore trouver la force de fanfaronner, les regrets parfois vous étreignent (.....) Cessez vos querelles ridicules, retrouvez l'innocence de vos coeurs, vivez en paix entre vous...
Ne jugez pas vos copains. Il y a assez d'adultes peu ouverts qui vous condamnent avant de vous avoir écoutés, de vous avoir seulement vus, avant d'apprendre à vous connaître...

En ma mémoire, je vous demande d'organiser entre vous une soirée sans illusions. Même pas un petit "bedot" (lire : joint), même pas de la bière, juste des jus de fruits, juste votre coeur.
"Ouvrez-vous aux autres, osez parler de vos craintes et de vos doutes, de vos manques. Epaulez celui qui vous semble faible, écoutez-vous les uns les autres (....)"

Je n'étais qu'un enfant, un gamin de 20ans. Je croyais avoir des jugements sûrs.... Je me sentais si seul et si perdu... Pardonnez mon geste, pensez à moi simplement. Absolument personne n'est responsable. Ne faites pas de moi un garçon extraordinaire, ne n'étais simplement qu'un jeune comme vous...

"Ne vous perdez pas dans ces mondes illusoires et pervers. Par amour pour moi, essayez juste une fois, vous verrez..."

Ils étaient une centaine, dans et hors des murs, unis et solidaires dans la peine, à écouter ce message à la fois sage et terrible. Indicible atmosphère qu'il ne sied pas de décrire. (Var-matin du dimanche 18janvier 2009)



















Commenter cet article